Chez Gladines : Cuisine basque et généreuse

Chez Gladines : Cuisine basque et généreuse

Oyez, fins gourmets, panses avides et palais envieux trônant sur une langue frétillante !


Finis les articles de guerre et de chair à canon !

« Behold » pamphlets culinaires et la chair trop canon !


Aujourd’hui, c’est au Sud-Ouest de la France (et au Pakistanais qui prépare le plat dans la cuisine du resto parisien) que nous enverrons nos remerciements afin de leur montrer notre infinie gratitude et notre regrettable gras’titude après avoir ingurgité des plats à base de patates de compétition et d’assiettes remplies d’en-veux-tu-en-voilà !

Pour faire court, ces spécialités vouées à l’honneur du pays Basque se résument à peu près en trois mots: Simple. Généreux. Bon.

C’est ainsi que citoyens de France et de Navarre, touristes, migrants et même la réserve asiatique du 13ème arrondissement pourraient se rendre dans les 5 différents locaux parisiens de cette chaîne de restaurant afin d’y déguster entre autres une salade complète (patates, tomates, cantal, oeuf, jambon de pays … et salade bien sûr, faut pas déconner!) des assiettes mixtes(rillettes, saucisse sèche, paté basque, chorizo, jambon de Pays, Cantal, fromage de chèvre, de Brebis, Roquefort), les fameux Chipirons a la Biscaïna, une Escalope de veau Montagnarde, et pour les esprits complexés d’afficher une cage thoracique décharnue, la Côte de boeuf 1 personne (350 g) et 2 personnes (1 kg).

La carte des vins est réduite, mais ce n’est pas la taille qui compte (ça se boit, et ça se mélange à la fécule de patates dans l’estomac, que demander de plus!). Quant au dessert, je ne vous en parle pas. Arrivé à la fin de votre repas, vous ne devriez même pas y penser à moins de ne pas avoir mangé pendant des mois (même si vous rateriez quelques coquettes gourmandises) !

Autre information (« à mettre … au conditionnel! »), il semblerait bien que vos hôtes soient doués d’un particulier sens de l’humain, préférant ce dernier à celui de l’accumulation de capital. En d’autres termes plus français, sachez que les serveurs -constamment débordés mais toujours de bonne humeur- vous mettront souvent en garde de la taille des plats, se permettant ainsi gentiment de remettre en question votre gourmandise zélée pour éviter qu’un plat de trop ne finisse en gaspillage malgré lui.

Enfin, sachez qu’en fonction des locaux que vous chargerez, salivants et forts de votre esprit bestial d’omnivore retrouvé, un certain temps d’attente sera à purger selon les jours. Mais le temps d’une balade autour du quartier ou d’un verre au bar d’en face, rassurez-vous, votre hôte à la voix de ténor viendra appeler le nom de votre « réservation » jusque dans la rue, pour que ses cordes vocales diffusent à vos enzymes l’envie de passer à table au plus vite.

Sans transition, leur site internet. Et bon appétit bien sûr !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*